Archives

Se chauffer au bois, les bonnes pratiques

 

Dans des conditions atmosphériques normales, toute combustion est par définition incomplète et émet, en plus de l’eau et du dioxyde de carbone, du monoxyde de carbone, des composés organiques volatils ou encore des poussières fines. Comme tous les combustibles, l’utilisation de bois émet des gaz et des particules.

 

 

 

 

Le dioxyde de carbone (CO2) :

Dans le cadre d’une gestion durable des forêts, le CO2 libéré par le bois énergie est lui-même stocké par les arbres qui poussent en forêt, par le biais de la photosynthèse. Le bilan carbone du bois énergie est donc globalement équilibré.

 

Les émissions de particules fines (PM10 et PM 2.5) :

Ces particules sont de manière générale nocives au regard de leur taille et de leur composition. Il importe de limiter un maximum leur émission. En effet, les niveaux de concentrations constatés au cours des dernières années peuvent induire des dépassements de normes de qualité de l’air (valeurs limites européennes ou valeurs guides de l’Organisation Mondiale pour la Santé).

Des études montrent que les appareils de chauffage au bois performants et récents émettent jusqu’à 9 fois moins de particules que les appareils datant d’avant 1996, et surtout les foyers ouverts. Les appareils de chauffage aux granulés émettent donc très peu de polluants.

A noter que le bois n’est pas le seul responsable de l’émission de ces polluants. Il représente par exemple environ 1/3 des émissions de PM10, mais uniquement 2 % des émissions d’oxydes d’azote (NOx).

Comment limiter les émissions de polluants atmosphériques ?

Les bonnes pratiques

  • Utiliser un bois de qualité, sec et propre

Il est important de brûler uniquement du bois sec (< à 20 % d’humidité pour le bois bûche par exemple). En effet :

  • La combustion de bois humide  libère davantage de substances ;
  • Le bois sec fournit jusqu’à 2 fois plus d’énergie que le bois humide ;
  • Les appareils de chauffage peuvent s’encrasser plus vite et ne fonctionnent pas de manière optimale avec du bois humide. Le bois sec permet donc d’optimiser la durée de vie de l’appareil de chauffage.

 

De plus, il est nécessaire de brûler uniquement du bois propre, car les chutes de panneaux ou encore le papier journal contiennent des produits chimiques (colle, encre…), qui sont potentiellement dangereux lorsqu’on les brûle. Sont appelés « bois propres » : les bûches, les allumes feux ou encore les granulés.

  • Dans un appareil performant et de qualité…

Utiliser des appareils de chauffage modernes, présentant des filtres limitant la pollution de l’air et un rendement amélioré. Ainsi vous consommerez moins et mieux. Les cheminées à foyer ouvert ne sont pas des appareils performants ! La combustion ne sera pas optimale dans ce type de foyer et une certaine pollution sera inévitable. Choisissez donc un appareil à foyer fermé (poêle, insert, …).

En remplaçant les anciens équipements de chauffage au bois, il est possible de limiter fortement les émissions atmosphériques telles que les PM10. Ainsi, le renouvellement en cours des équipements les plus anciens se traduit d’ores et déjà par une baisse des émissions de particules. Il est aujourd’hui essentiel de poursuivre le remplacement de ces appareils de chauffage individuels. Faîtes confiance au label Flamme Verte pour trouver un appareil performant. 

 

  • …installé par un professionnel qualifié…

Les inserts et les poêles, comme les chaudières, sont soumis à de nombreuses règles de mise en œuvre. Si elles ne sont pas respectées, cela peut nuire à leur bon fonctionnement et entrainer une pollution. Il faut donc faire appel à un professionnel qualifié. Vous pouvez vous tourner en priorité vers les installateurs agréés Qualibois.

  • …et entretenu correctement

Un entretien annuel par un professionnel est  recommandé après chaque saison de chauffe. Il est même obligatoire dans certains cas. En complément, le ramonage est obligatoire 2 fois par an (dont 1 fois pendant la saison de chauffe) sur tout le territoire alsacien, et une fois par an sur le reste du Grand Est.

Pour trouver votre combustible et avoir des conseils, rapprochez-vous d’un professionnel local adhérant à une démarche de qualité :

 

Ressources 

Comment éviter la pollution liée au chauffage au bois

Les tutos de Peter