Archives

Les travaux de l’observatoire bois d’industrie et bois énergie du Grand Nord Est se poursuivent dans un contexte de tension qui s’accentue

Les politiques nationales et régionales des dernières années ont mis et mettent encore l’accent sur l’usage du bois comme source d’énergie renouvelable. Ainsi, afin d’atteindre les objectifs fixés, des mesures incitatives ont permis et permettent encore à la filière bois énergie de se développer rapidement, ce qui induit des conséquences fortes pour l’ensemble des acteurs de la filière forêt-bois.

Si de nouveaux débouchés ont ainsi été créés pour les propriétaires forestiers et les industriels de la première transformation, les industries de l’emballage, du panneau et du papier ont constaté une concurrence plus forte sur leurs approvisionnements. Après plusieurs années ayant marqué une relative atténuation de ce phénomène (notamment avec la pandémie et les crises sanitaires en forêt), les tensions sur les approvisionnements se sont accentuées récemment à cause de difficultés liées à la mobilisation des bois en forêt et la très forte hausse de la demande en bois énergie.

Ce phénomène est encore davantage marqué depuis le début de la guerre en Ukraine qui a un impact sur les marchés en général et sur l’énergie en particulier.

 

Dans ce contexte, FIBOIS Bourgogne-Franche-Comté et FIBOIS Grand Est poursuivent un travail de mise à jour de l’évolution de la production et de la consommation en bois d’industrie et en bois énergie, entamé dès 2007. Les objectifs fixés sont de mieux connaitre les marchés, leurs évolutions et les problèmes rencontrés par les différents acteurs de la filière.

Les données 2020 synthétisées sont à télécharger ci-dessous.

Les principales conclusions sont les suivantes :

  • Le bois énergie continue d’assurer son rôle d’énergie renouvelable principale : c’est la 1ère ENR produite en Grand Est et en Bourgogne-Franche-Comté ;
  • Les filières bois d’industrie et bois énergie, nombreuses dans le Grand Nord Est, permettent d’assurer la valorisation des coproduits et déchets des industries du bois ;
  • L’industrie lourde est un consommateur de bois de premier plan sur le Grand Nord Est (plusieurs de millions de tonnes) ;
  • L’industrie lourde permet d’alimenter d’autres acteurs essentiels de la filière (aménagement, construction…).

 

En parallèle des travaux menés dans le cadre de cet observatoire, les deux interprofessions organisent régulièrement des réunions de concertation entre les acteurs, afin d’essayer de trouver des solutions et de proposer des pistes d’action pour faire face aux tensions actuelles.